26 sept, Mc 9, 38-43,45,47-48, L’unité ou la meule.

 In Non classé


Évangile :

Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des esprits mauvais en ton nom; nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »

Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi; celui qui n’est contre nous est pour nous. Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera sans récompense.

« Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne.

« Si ton œil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »

Commentaires : 

« Aussi vrai que je suis vivant, parole du Seigneur, je ne veux pas la mort du pécheur, mais sa conversion » (Ez 18,23).Par son prophète Ézéchiel, Jésus annonce l’esprit d’amour qu’il vient répandre, un esprit qui nous conduit à l’unité. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. (Jn 17, 21) 

S’exclure de cette unité que le Christ Jésus nous apporte, c’est s’arracher à la vie et se rendre esclave de forces qui elles sont bien unies pour enfermer chacun dans l’isolement au milieu de tous les autres. Un endroit où ne peut couler le fleuve d’eau vive, car « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » Jn 12, 24c.» Il faut mourir à son moi possessif pour vivre et porter du fruit et prendre sa place dans le «nous», pour l’alimenter de l’amour qui fait vivre le corps entier…

Comment exclure un seul de ces petits du « nous » sans s’exclure soi-même. Il vaut mieux s’arracher quelques membres que ce soit, s’il nous entraîne à la rupture avec les autres. 

« Ce n’est pas un « geste » que l’avènement du Christ dans l’Histoire. Il revit sous forme d’une communauté qui embrasse tous les hommes. C’est dire précisément qu’il est impossible d’adhérer à Jésus-Christ sans prendre en charge toute l’humanité et tout l’univers.                                                               Et cette présence du Christ à l’Histoire en forme de communauté universelle nous est d’autant plus sensible qu’elle a été exprimée par le plus juif des Juifs : Saul, devenu saint Paul, le plus hostile, le plus opposé, le plus passionnément ennemi de la communauté de l’Église naissante. C’est lui qui précisément sera retourné de fond en comble, qui sera entièrement transformé en membre du Christ en forme d’Église : « Je suis Jésus que tu persécutes » (Ac 9, 5). Homélie Maurice Zundel , sur L’UNITÉ EN JÉSUS-CHRIST, Lausanne, 1972

NDC